Couture

Soyons culotté(e)s !

Plus que quelques jours avant 2017 !! J’aimerais pourtant vous parler de mes projets finis avant la fin de l’année. Le timing va être très serré, mais c’est à tenter. Alors, vite, je relie, je corrige et je poste !

Pour commencer, parlons de cette lubie qui m’a prise cet automne : faire moi-même une pièce de lingerie féminine. J’aime beaucoup la belle lingerie, et je rêverais réellement de savoir un jour faire des pièces complexes, ornées de belles matières et qui m’aille parfaitement bien. Niveau couture, c’est un défi à la fois technique et esthétique qui aujourd’hui surpasse mes capacités d’autodidacte. Pour décrire un modèle compatible avec ma morphologie, il faut d’avantage se rapprocher du champ lexical du « maintien-confort » que de celui du « mini-sexy ». Et oui, pas de brassière triangle, ni de petit déshabillé à bretelles pour moi. Le travail s’orienterait plutôt vers les bonnets structurés, les armatures, les matières qui galbent, et pour le plaisir, de la couleur et de la dentelle. Bref, des pièces bien travaillées et soignées qui représentent une tache d’ampleur pour lesquelles j’aimerais être accompagnée et guidée, histoire de bien faire.

Mais, quand je vois les projets qui fleurissent sur la toile, de la simple culotte au soutien-gorge « comme un vrai », j’avoue que je suis de plus en plus tentée. Au cours de l’année, j’ai doucement cheminé vers ma première couture de lingerie. Mes expériences s’étaient jusqu’alors cantonnées à un petit débardeur-nuisette dans lequel il était impossible de loger ma poitrine ou aux boxers pour Monsieur DePetitPain que j’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser. J’ai alors lu quelques articles et regardé ce qui était disponibles sur la toile. Le site de Thread and Needles a publié une série d’articles très intéressants sur le sujet (ici) avec des conseils sur les matières, les fournitures,… Malheureusement, cela a renforcé mon idée reçue sur la grande complexité de la lingerie (surtout au niveau de la difficulté à obtenir les nooombreuses fournitures), et je me suis vite mise en tête que peu des modèles accessibles correspondaient à mes attentes et à ma morphologie. Certains patrons anglophones auraient pu m’intéresser, mais, bien que je sois capable de comprendre des explications en anglais, la langue n’a été qu’un frein supplémentaire à mes yeux. Pour autant, grâce à Instagram et aux copines couture, j’ai peu à peu découvert des modèles et des marques en français – Mr est une trainée, Atelier sur le fil,… J’ai alors glané un petit PDF par ci par là, pour le jour où j’oserais me lancer. Des projets simples pour commencer, comme le Lady Short (ici), puis la culotte Bel-Air (ici), et ai même réussi à me procurer de l’élastique adéquat au hasard d’un marché, mais sans jamais franchir le cap de la couture.

Ainsi, mes projets de culottes se sont soigneusement faites oublier au fond ma patrontèque jusqu’au jour où j’ai organisé un après-midi couture dans mon salon. Un concept simple : des filles qui aiment coudre et blablater couture, une grande table, du thé et des gâteaux. J’avais proposé de venir avec un petit projet pour coudre ensemble et Clémentine m’a vendu sa Bel Air comme personne : le projet idéal quand on n’a pas beaucoup de temps pour coudre (ce qui est mon cas). Rapide, efficace et super gratifiant ! Versatile, on peut s’amuser avec les tissus, une nouvelle technique avec la pose de l’élastique, mais absolument facile et valorisant. N’ayant jamais réussi à coudre un élastique tendu avec ma machine (gros naufrage avec Moneta), je me voyais déjà face à l’échec, mais Clémentine m’a montré en cousant son projet devant moi et m’a donné envie d’essayer. Entre parenthèses, c’est exactement ce que j’attendais de cette rencontre couture : de la légèreté, de la bonne humeur, de l’échange, des conseils et de l’entraide. C’était une belle expérience que j’ai plus que hâte de renouveler !

Le lendemain de leur départ, je retrouvais le patron dans mes fichiers, l’imprimais et coupais déjà une première version dans mes chutes. J’ai alors eu l’idée d’une petite rétrospective comparative de différents modèles de culotte à réaliser. Voici donc mes impressions sur trois modèles différents :

* *  La culotte Bel Air * *

dscn2759

 

C’est la star des patrons de culottes sur Instagram ! Et pour cause, c’est vraiment un super patron. Il s’agit d’une culotte en tissu de chez l’Atelier sur le fil (ici), super jolie avec ses finitions à l’élastique à picots. Le patron était initialement gratuit mais est aujourd’hui payant ou offert pour tout achat d’un kit chaussures sur le site.

Les fournitures et matières conseillées sont plutôt rassurantes et facile à trouver. Pas de matières élastiques introuvables, il vous faut simplement une trentaine de cm de coton chaine et trame, idéal pour utiliser les chutes, un petit morceau de jersey et 2m d’élastiques à picots. Certes, on ne trouve pas ce genre d’élastiques à tous les coins de rue, mais je m’en suis facilement procuré sur le marché à Caen pour un prix dérisoire (1€50 pour presque 5m). Après, le choix des couleurs n’est pas dingue et aléatoire, mais la qualité est plutôt bonne et il a très bien fonctionné. J’en ai également trouvé du blanc chez Mondial Tissus pour 0.99€/m (élastique à lingerie disponible en blanc), un peu moins résistant par contre.

Bel Air est un projet rapide et hyper gratifiant. Seulement trois pièces à décalquer, des marges incluses, un soupçon de technique pour monter de gousset et l’élastique, et un résultat propre en un temps très court. Le montage est très bien expliqué, photos à l’appui et jusqu’au réglage du point pour monter l’élastique (indication fort utile à mon sens !).

J’ai quand même un peu douté au début concernant le « style » de la culotte. Elle n’a pas l’air très glam vue comme ça, un peu bouffante, presque enfantine, et parait même géante une fois coupée. Ne vous y fiez pas car une fois l’élastique posé, le tissu se rétracte et la taille est bonne. Elle est très confortable, et peut facilement être féminisée en jouant avec les matières ou la transparence du tissu.

dscn2761Pour mon premier essai, j’ai réalisé Bel Air en plumetis de coton bleu marine avec de l’élastique à picots assorti. La finesse de la matière est idéale pour ce projet et le coton très agréable à porter. Le plumetis et la légère transparence accentue le coté féminin et romantique de la pièce. Un premier essai concluant !

Concernant la taille, je me suis fiée à ma taille de pantalon du commerce (plus petite que la taille couture) car il n’y a pas de tableau de mensurations et il semblerait que cela taille grand. Pour moi, c’est nickel mais n’hésitez pas à faire des essais. J’ai enchainé avec une deuxième version en popeline de coton à motifs. Le résultat est légèrement différent en raison de la matière utilisée qui est plus raide, mais rien de disqualifiant pour moi.

Pour la troisième version, je suis revenue sur le plumetis, plus clair cette fois, pour tester l’élastique Mondial Tissus. Résultat tout aussi satisfaisant.

En réalité, j’en ai cousu une quatrième version pour laquelle j’ai eu quelques déboires avec l’élastique. J’en ai choisi un plus fin, plus « étirable », qui n’était pas constitué d’un élastique droit classique agrémenté de picots mais plutôt comme une dentelle élastique dont un coté serait dentelé et l’autre droit (difficile à expliquer !). Combiné à une popeline de coton, l’élastique s’est un peu rétracté à la première couture conférant ainsi un minimum d’élasticité au tour de cuisse, mais une fois retourné, plus du tout d’élasticité o_O. La culotte était donc énorme, non extensible, et probablement très inconfortable. J’ai dû découdre et me rabattre sur un élastique similaire au bleu marine. Si vous voulez éviter que votre « projet rapide » ne finisse en interminable session découd-vite, je vous conseille de faire un petit test sur quelques centimètres.

En conclusion, un patron au top que je ne me lasse pas de refaire. Pourquoi ne pas envisager systématiquement de coudre une culotte « à bas des chutes » quand la matière est appropriée ?

* * Le Scarlett ou cheeky panties **

Voici une pièce un poil plus sexy : un patron de shorty en dentelle. Un tout autre style, mais tout aussi intéressant.

dscn2766

Pour être franche, le patron du Cheeky panties de So Sew easy m’a intéressé car j’ai en ma possession exactement ce qu’il faut pour le réaliser : du galon de dentelle large et élastique. Pour l’anecdote, j’ai acheté il y a plus de 4 ans, un mètre de galon à la braderie de Lille parce que je les trouvais jolis. Je venais de recevoir ma machine à coudre la veille et, je ne savais absolument pas ce qu’il était possible d’en faire. C’est donc après avoir végété tout ce temps dans mon stock qu’un projet adéquat est venu montrer le bout de son nez. Comme tout patron en anglais dans le texte, il a subit les aléas de mon courage et a été mis de coté. Puis, en faisant mes recherches lingeries, j’ai découvert chez M. est une trainée le shorty Scarlett, sensiblement identique à celui de So Sew Easy, gratuit et en français.

La réalisation est simplissime puisqu’il n’y a qu’une pièce de patron : deux cotés, trois coutures, une petite doublure en jersey et le tour est joué. Avec une surjeteuse,  c’est vraiment ultra rapide. La couture 100% satisfaction… ou pas !

dscn2769Pour ce modèle, le plus difficile me semble être de trouver du galon de dentelle élastique de 12cm de large. En réalité, je n’en ai jamais cherché, je ne sais donc pas si c’est une denrée rare, mais si vous avez une mine près de chez vous, laissez vous tenter.

Pour la réalisation, j’ai été un tantinet embêté car je n’avais qu’un mètre de galon et que ma taille requérait au moins 1m10/1m20 de matière. Et là, on ne peut pas vraiment tricher avec le placement des pièces pour grappiller du métrage J. J’ai donc tenté vaille que vaille une taille M dans mon mètre en mettant mes pièces tête bêche. La warrioooooorr !! Bon, j’étais quand même moyennement confiante sur le fait que mon fessier généreux entre dans cette taille, mais ce n’est pas comme ci j’avais eu le choix. Et évidemment, le verdict a été sans appel : trop petit. Je ne peux donc pas vous donner mon avis sur le seyant et le confort.

dscn2770

Reste que ce projet est ultra rapide, extrêmement simple de montage pour un résultat plutôt chouette. J’ai lancé un appel pour trouver fessier à ma culotte, peut être que l’heureuse élue nous livrera ces impressions si le modèle lui sied.

* * Le Rosy Lady short * *

Le Rosy Lady short de Cloth Habit est une sorte de mix entre les deux patrons précédents. Le modèle comporte le même nombre de pièce que le Scarlett, sensiblement de la même forme et avec le même montage. En revanche, le patron est plus « ouvert » niveau matière puisqu’il peut se réaliser dans un simple jersey fin, ou une dentelle élastique pour un joli effet. Les marges sont incluses et la culotte se termine avec un galon de dentelle élastique pour ne pas laisser les bords à crus.

Les explications du patron sont en anglais, mais il y a un tutoriel très complet avec photos du montage et en français chez Les dessous d’Anna. Merci pour le précieux temps gagné !

dscn2771

Mon premier essai n’a pas été foncièrement concluant car la matière choisie n’est pas idéale. Mon choix s’est porté sur un polyester alvéolé, chute d’une précédente cousette. Sa finesse et sa légère transparence pouvait à mon sens le faire convenir à de la lingerie. Il est loin d’être sexy et féminin, certes, mais c’est le meilleur compromis tissu-galon que j’avais en stock. La pose du galon de dentelle n’est pas évidente, il faut coudre à allure modérée avec un point zig-zag en réajustant le placement assez régulièrement car il a tendance à dévier. Contrairement à Bel Air, le montage de fait en rond, sans étirer la dentelle, ni la matière. J’ai eu du mal à obtenir une couture régulière et mes raccords de dentelle sont un peu grossiers. Heureusement, elle est noire, ça atténue les défauts.

Le galon provient du marché de Caen, au même stand que les élastiques à picots. C’est une simple bande de dentelle élastique. Sa fonction est avant tout décorative afin d’avoir de jolie finitions. Je pense d’ailleurs que l’élastique responsable de mon raté sur Bel Air 4ème du nom serait plus approprié pour ce modèle, il n’est donc pas perdu.

Même si je suis moins fan des shorty, le résultat est confortable. La matière extensible y est pour beaucoup mais mon essai reste peu concluant. Il a trop de défauts et les finitions ne sont pas très propres (ce qui ne m’empêche pas de le porter). Ce modèle est à refaire avec une matière plus appropriée, plus stable mais toujours bien fine. L’occasion de tester de nouveau ces maudits élastiques sur un modèle différent.

***

Et vous, avez-vous un modèle chouchou ?

Avez-vous déjà tenté la lingerie ?

Signature Mimie

Publicités

2 réflexions au sujet de « Soyons culotté(e)s ! »

  1. Il ne te reste plus qu’à un Scarlett pour M Depetitpain 😉 !! Avec de la dentelle, bien évidemment (ou du tissu fourmilier 😉 )
    Sinon, j’ai hâte de le tester, je t’en dirai des nouvelles ! 🙂

    J'aime

  2. Bravo Mimie pour ce bel article…telle une théière bien culottée.
    Mon expérience en lingerie se réduit à …rien. et pourtant lors de ma vie de jeune femme, j’aurais bien voulu me coudre des soutiens-gorges adaptés à ma généreuse poitrine, qui m’auraient permis de porter de jolies robes à bretelles, ou des dos-nu arrangés.
    Bon, je n’ai pas pris le temps d’étudier la chose à cette époque et maintenant c’est un peu trop tard mais je voudrais bien quand même bien essayer de me coudre une jolie « belair » si tu me montres comment poser l’élastique.
    bises Muttie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s