C'est moi le patron !·Couture

Le Manteau Nour

Enfin, la dernière pièce maitresse que j’ai réalisée en 2020 ! Il était temps, cet article est écrit depuis plus de 2 mois…

Elle est arrivée dans ma liste de façon tout à fait improbable. Ce n’est pas une pièce qui a été particulièrement murie, réfléchie ou désirée. Avec ces histoires de Covid-19 cet hiver, les activités de weekend ont été peu diversifiées et j’ai pris du temps pour coudre, notamment des pièces pour mon amie et son bébé. A la recherche d’inspiration pour moi, je constatais une fois encore que mon stock de tissu déborde et j’avais l’impression d’étouffer. J’avais un grand besoin de faire de la place ! – C’est toujours le cas mais bon…

Pour un gain d’espace rapide, il faut utiliser les tissus d’hiver qui végètent et en particulier le tissu pour manteaux. J’ai acheté 3m de caban vert sapin chez M.Bertrand il y a déjà des années dans l’idée d’en faire un manteau Opium de Deer and Doe. Mais ça, c’était avant de lire que ce tissu était déconseillé pour ce modèle. Je ne savais donc pas quoi en faire et il restait là à attendre que je trouve une solution, ou une envie. J’aime beaucoup la couleur et je me voyais bien avec un nouveau manteau dans ce tissu.

C’est alors qu’un matin de geekage sur Instagram, je suis tombée sur le top de patrons de manteaux d’Atelier Svila. De quoi trouver de l’inspiration ! J’ai fait un petit tour et j’ai découvert le caban Nour de C’est moi le Patron ! – Corialie Bijasson. Je n’avais jamais testé cette marque mais je la connaissais de nom. C’est le mot caban qui m’a fait tilt. Ce n’est pas le modèle vers lequel je me serais tournée à la recherche d’un manteau pour moi, un poil trop classique à première vue, mais comme j’avais ce tissu à utiliser, c’était peut être l’occasion de tester quelque chose de nouveau et de différent ! Il s’agit d’un modèle de manteau caban court, avec un grand col, deux rangées de boutons et des poches passepoilées. Les photos de présentation m’ont donné envie de réaliser ce modèle dans le beau vert sapin de mon tissu.

J’ai demandé la bénédiction de mon cher et tendre, qui aime souvent les choses plus classiques et il a validé l’idée avec enthousiasme.  J’ai donc acheté le patron en PDF dans la foulée et entrepris de le réaliser sur le champ. J’ai coupé mes pièces dans le caban, renforcé là où c’était nécessaires avec du thermocollant spécial manteau et attaqué la bête. J’ai sélectionné une doublure dans le stock dont le motif à petites cerises se marie super bien avec le caban vert. Je voulais qu’elle soit glissante pour faciliter l’enfilage et ce tissu synthétique acheté une misère chez M.Bertrand (pourquoi d’ailleurs ??) semblait bien convenir.

Du moins en apparence… en réalité, qu’elle catastrophe !!! Le tissu bouge et s’effiloche dans tous les sens. Une horreur à coudre. Mais au delà de ça, une horreur pour mon manteau. Elle n’est pas du tout résistante, ce n’est pas un tissu de doublure, et cela craque au niveau de coutures. Même une aiguille fine fait des trous dans le tissu et le fragilise. On voit des zones où ca tire et je peux affirmer que ça ne tiendra pas longtemps. A l’heure actuelle, les poches sont déjà craquées à vrai dire – ce qui est insupportable au quotidien ! Je peste tous les soirs quand je dois démêler mes clés. Mais bon, c’est joli et facile à enfiler. Moralité : Ne pas négliger la doublure !!

Revenons au montage. C’est une pièce technique, pas forcément facile à coudre, avec comme premier défi, le montage de poches passepoilées. Je m’en suis plutôt bien sortie. Le caban est agréable à coudre, c’est épais et ça se tient bien. Pour que les coutures ne soient pas gonflées, j’ai usé et abusé du fer à repasser, histoire d’aplatir tout ça. Mais attention, ne pas mettre le fer directement sur le tissu, sinon ça fond et ni la semelle, ni le caban n’aime trop ça – oui, j’ai expérimenté ! 

Ensuite, chaque partie indépendante du manteau se monte assez vite. Tout est divisé en étapes bien distinctes. Une fois qu’on a tous les morceaux, l’assemblage de la doublure et de l’extérieur nous rapproche de la fin. J’ai toujours peur de me planter quelque part à ce moment, surtout quand il faut cranter, et de me rendre compte que ce n’est pas rattrapable une fois retourné.

J’hésite toujours à l’étape de l’ourlet. Je ne sais pas si je fais correctement car je ne visualise pas comment cela sera une fois retourné. Il faut rabattre 4 cm d’ourlet avec une couture à la main mais sans partir du bord du vêtement visiblement. Bon, ça a eu l’air de marcher.

L’autre point qui a été plus critique, c’est la pause des épaulettes. Une grande première pour moi. Alors oui, j’avais des épaulettes en stock, achetées lors du vide atelier d’une couturière à Lyon (une mine d’or !). Je n’en avais jamais posé et je n’avais aucune idée de comment m’y prendre, surtout que tout le vêtement est sur l’envers pour cette étape. Pour le coup, aucune explication dans le livret mais une vidéo qui nous montre comment procéder. Personnellement, cela ne m’a pas suffit. J’ai compris comment coudre, mais je n’arrivais pas à déterminer dans quel sens je devais mettre ce foutu truc ! Je me suis arraché les cheveux. J’ai cherché des tuyaux sur internet, mais j’en ai trouvé très peu et qui se contredisaient ou ne parlaient pas du sens. J’ai fini par tester et bien sûr, elle était à l’envers ! Je m’en suis sortie mais je n’ai pas aimé cette étape. Le vêtement est encombrant, il faut retourner comme on peut pour vérifier et avec une doublure plus que fragile, c’était coton !

J’aurais aimé plus d’explications, comme pour l’étape suivante d’ailleurs. On a le choix entre deux types de montage pour fixer la doublure des manches mais j’ai trouvé que c’était succinct et que cela manquait de clarté. Le patron est classé à un niveau de couture Expert, ce qui explique peut être cela. C’est un doublage de veste classique en réalité. J’en avais déjà fait, ce qui m’a permis de terminer mon manteau sans trop de problèmes, mais que voulez vous, j’aime être guidée.

Une fois qu’on retourne, c’est le moment magique ! Un coup de fer pour tout bien positionner et marquer les plis et on peut enfin enfiler son chef d’œuvre.

Arriver à ce stade, je suis allée, une fois de plus, choisir de jolis boutons. Je voulais quelque chose qui change des boutons métalliques et qui donne de l’originalité à mon manteau, pour casser la coupe classique. J’avoue de je voyais bien des boutons rouges ! Mais c’était probablement l’ambiance de Noël qui commençait à me monter au cerveau et, en discutant avec la vendeuse, nous nous sommes accordées pour dire que cela faisait vraiment « branche de houx ». J’ai fini par choisir ces gros boutons aux craquelures dorées qui apporte de la lumière à mon manteau.

Je suis très satisfaite de mon manteau court, pièce que je n’avais pas dans mon armoire. J’aime beaucoup le rendu avec la couleur, la doublure à motifs, et les boutons qui le rendent un peu moins classique. Ce n’est pas une pièce très chaude car le caban utilisé est en polyester, mais ce n’est pas ce que j’attendais de cette pièce. Elle est parfaite pour le début des saisons froides, avant de ressortir le manteau en laine. C’est une pièce à moindre coût car les tissus utilisés ne me paraissent pas de grande qualité, mais cela m’a permis d’essayer un type de vêtement différent et j’en suis bien contente. J’étais un peu dubitative avec les épaulettes au départ, cela augmente la carrure mais on s’y fait et cela donne un côté chic. Reste à espérer qu’il tienne un peu dans le temps pour que je puisse en profiter, même si je n’attends pas de miracle de la part de la doublure.

Pour ce qui est de l’espace gagné dans le stock, je n’y suis pas encore. Je suis loin d’avoir utilisé la totalité de mon coupon de caban finalement, mais heureusement, ma petit sœur a une solution : tu me fais le même ?

Et vous, que pensez vous de ce manteau Nour ? Vous avez cousu un manteau cet hiver?

En résumé :

Patron : Caban Nour – C’est moi de patron ! – Niveau Expert – Disponible en pochette (17€50) et en PDF (8€).

Tissus :

  • Caban vert sapin – Tissus Bertrand – 5€/m
  • Viscose / Polyester (?) à cerises – Tissus Bertrand – 1€/m

Les plus :

  • Patron bien coupé
  • Pièce technique agréable et satisfaisante à coudre

Les moins :

  • Tissu de doublure mal choisi
  • Explication du sens de montage des épaulettes difficile à trouver

3 réflexions au sujet de « Le Manteau Nour »

  1. C’est vraiment dommage pour cette fichue doublure qui ne va pas tenir longtemps car ce caban est très beau ! La couleur est très jolie (tu me fais voir le vert sapin d’un autre oeil) et il te va très bien. Tu as utilisé le tableau des mensurations pour choisir ta taille ? J’avais en tête que cette marque taillait un peu petit.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s