Couture·Fiat Lux

Un rayon de soleil sous la grisaille – Frankie

Aujourd’hui je vous propose un article un peu spécial, puisqu’il s’agit de ma première revue de patron ! Je fais donc une coupure dans le fil de mes articles au retard titanesque pour vous parler de Frankie, le dernier patron de la marque Fiat lux patrons, sorti cette semaine pour La Grande Mercerie qui se déroule à Paris jusqu’au 02 décembre. Malheureusement, pour cause de budget et de travail, je ne pourrais me rendre ni au CSF, ni à la Grande Mercerie, mais ce n’est pas l’envie qui me manque. Je dois juste être raisonnable et espère pouvoir en profiter l’année prochaine.

20181125_144041(0)

La petite histoire :

Il y a quelques temps, un post sur Instagram a accroché mon attention : Bérengère, la créatrice de la marque Fiat Lux patrons, recherchait des « âmes sœurs couturesque » pour l’accompagner dans l’aventure de sa marque et l’aider pour ses tests de patrons. La description qu’elle y fait de son âme sœur idéale m’a bien parlé, et, cherchant toujours à progresser et évoluer dans le monde de la couture, je me suis dit que c’était peut être une occasion qu’il fallait saisir. J’ai échauffé mes dix doigts, pris la sempiternelle phrase « qui ne tente rien n’a rien » sous le bras, et nous avons écrit un message à Bérengère. [J’avais aussi le générique de « Pourquoi pas Mimie », mais je ne suis pas sure que tout le monde est la référence…]. J’ai également demandé à la communauté de me soutenir sur Instagram via une photo de mes plus belles réalisations. Je vous remercie pour votre soutien et vos petits mots qui m’ont fait bien plaisir. Finalement, Bérangère m’a contacté et me voilà embarquée dans l’aventure !

Coudre sa garde robe dans une démarche responsable, accorder de l’importance à la bienveillance et apprécier les explications détaillées, sont des choses qui me correspondent bien. Pour moi, apporter ma pierre à une entreprise dans un domaine qui me passionne et qui en plus correspond à mes valeurs, est une chance. Je veux progresser et apprendre en couture, mais aussi découvrir la vie d’une petite entreprise, les coulisses et le travail que doivent fournir celles qui œuvrent pour notre passion et pour nous permettre de coudre nos vêtements. Changer d’activité professionnelle me traverse souvent l’esprit ces dernières années, et ce genre d’aventure me parait un bon moyen pour avancer, réfléchir, passer une nouvelle étape, mûrir et se rendre compte des contraintes, de la face cachée de l’iceberg. Cela permet avant tout de tisser de nouveaux liens et de faire de belles rencontres, virtuelles ou non.

J’arrive de plus en plus à oser me présenter comme une couturière, une passionnée, et ça me fait vraiment du bien. Ecrire ce message m’a fait réfléchir sur le pourquoi de ma démarche, sur pourquoi je me reconnaissais dans ce que Bérengère exprimait dans sa recherche ; mais aussi sur comment je voudrais vous présenter l’aboutissement de ce travail.

Il y a des débats sur la sincérité des blogueuses et leurs relations avec les marques, et je me suis souvent demandée comment je réagirais moi. Je ne suis pas sure que mes articles soient lus ou intéressants. J’essaye d’y donner un avis sincère et objectif, mais surtout de raconter comment je muri un projet et les obstacles que je rencontre. Reste que je suis d’accord avec une chose : on exprime plus souvent le positif que le négatif, probablement par peur des retombées.

Ici, je n’ai pas envie de vous vendre une marque, mais simplement de participer, d’apprendre, de raconter mes histoires, d’écrire, et d’être utile aux personnes qui chercheraient des ressentis, des rendus visuels, de l’inspiration sur une morphologie similaire à la mienne, ou simplement du divertissement. Je resterai honnête, bavarde, et j’espère que vous profiterez de l’avantage d’avoir un avis à la sortie du patron. Pour une fois que je posterai quelque chose dans les temps !! J’espère…

20181125_144021
Faites coucou au monsieur sous le parapluie…

La marque :

Je connaissais la marque Fiat lux au travers des réalisations de Couture and Clo que je suis depuis longtemps, mais c’est la première fois que je couds un de leur modèle.

La marque propose des modèles éclairés, simples et efficaces, avec comme leitmotiv, un réel accompagnement dans la technique de couture. A chaque nouveau patron, une nouvelle technique, des explications très détaillées, des vidéos d’accompagnement.

Elle s’inscrit dans une démarche écologique, éthique et développement durable. Comment ? En proposant des vêtements confortables, sans prise de tête, pour la vie de tous les jours. Des vêtements qui seront portés, dans une réflexion de slow fashion et de réutilisation des chutes.

Certes, ce ne sont peut être pas les patrons coup de cœur vers lesquels une couturière chevronnée va se diriger aux premiers abords. Je leur trouve pourtant des avantages. Ils sont accessibles aux débutantes pour qui le premier objectif reste de se coudre un vêtement, d’acquérir une technique et d’être fière de pouvoir porter sa réalisation sans ressembler à un sac. Personne n’aime les « C’est toi qui l’a fait ? Bah ça se voit… ». Et pour cela, quoi de mieux qu’un vêtement simple « du quotidien », un petit top ou un sweat qu’on va réellement porter. J’ai commencé avec des patrons simples mais portables, et cela m’a motivé à continuer et à chercher plus de technique et de défi. Les modèles proposés sont également réfléchis pour optimiser les quantités de tissu et limiter les chutes, ou du moins les réutiliser pour autre chose, dans un détail par exemple. Cela s’inscrit dans une démarche écolo qui me plait bien. Enfin, elle propose des modèles déclinables en plusieurs variantes qui peuvent faire office d’une bonne base. Plusieurs vêtements dans un seul patron.

Je suis bien contente de pouvoir découvrir cette marque, toujours dans mon objectif d’en présenter et tester de nouvelles, et veux bien donner sa chance au produit ! 😉

20181125_144025

Le modèle :

Entrons dans le vif du sujet, enfin ! Frankie, c’est plusieurs choses en une. Un même modèle réalisable en tissu « chaîne et trame » comme en jersey ou en maille, en fonction du rendu que l’on désire : une blouse, un haut confortable ou un petit pull. C’est un haut loose, décontracté mais stylé, à manches chauve souris, qui se compose de deux ou trois pièces en fonction de la version choisie : avec coudières, sans coudières ou ajourée aux coudes. La petite touche d’originalité du modèle.

Le modèle reste ultra simple mais permet d’acquérir de nouvelles techniques. Sur la planche, vous trouverez un tracé pour la version C&T et un pour la version en tissu extensible. Niveau techniques, vous trouverez les explications pour aborder la pose de biais, à cheval ou rapporté, la couture d’arrondis et l’utilisation de l’aiguille double pour le jersey.

Concernant le tissu, de nombreuses possibilités s’offrent à vous : du voile de coton, de la double gaze, de la viscose, du jersey, de la maille, du molleton… gardez simplement à l’esprit que votre tissu doit avoir une certaine souplesse et être assez fin pour que le rendu des manches chauve souris soit joli. On évite les cotons raides et les molletons trop épais aux risques de créer des plis disgracieux.

20181125_144029

Ma version :

Pour rester dans la démarche de garde robe réfléchie, et par rapport au choix de la version que j’allais coudre, j’ai fait le constat ces dernières semaines que mon placard manquait cruellement de pulls. Le froid a fini par arriver et il faut penser à se couvrir, mais avec mes 2 pulls boulochant et usés, il fallait du renouvellement. Ne tricotant pas encore assez bien, j’ai vu en Frankie une belle occasion d’ajouter un nouveau petit pull au placard et de coudre pour la première fois de la maille, c’est à dire du tricot vendu au mètre. Le modèle étant simple, utiliser et dompter une nouvelle matière mettrait un peu de piment dans l’histoire.

Je me suis donc rabattue sur une maille jaune, un mélange synthétique mais doux, vendu chez Mondial Tissu dans une couleur pétante et dynamique comme je les aime. Pour égayer un peu ma cousette, j’ai finalement décidé de coudre des coudières dans un tissu en coton aux motifs géométriques, choisi et offert par M.DePetitPain (mmerciiiiiii). Il se marie parfaitement avec le jaune de la maille.

20181125_144038

J’ai coupé en taille 42, selon mes mensurations, dans 1m de tissu en 150cm de laize.
C’est un projet rapide qui se coud en moins de 3h. L’assemblage se fait en un éclair, aussi bien à la surjeteuse qu’à la machine à coudre. Outre les coudières, la partie technique a été pour moi la finition de l’encolure avec un biais jersey. Je n’avais jamais utilisé ce ruban qu’on peut trouver en mercerie. Je l’ai fabriqué en coupant une bande de 4cm de large dans mon tissu et ça a plutôt bien fonctionné. J’ai monté ma bande comme un biais rapporté et surpiqué à l’aiguille double. Le résultat est propre mais perfectible, notamment parce que je n’ai pas dégarni mes marges à l’intérieur. Les finitions d’ourlet se font à l’aiguille double en un tour de main.

20181125_144045

Et portée ?

C’est le genre de patron pour lequel j’aurais eu des doutes au départ. Une réalisation ultra simple, orientée pour les débutantes, mais… j’ai quand même eu mes points techniques et la réalisation rapide à su me séduire. J’aime l’idée de pouvoir avec un même patron coudre un haut facile à enfiler en jersey de coton à mettre sous une veste, un petit pull pour ce début d’hiver, ou une jolie blouse confortable. Pour la saison, il est moins aisé de mettre un pull ou un gilet par-dessus des manches chauve souris, mais la version pull est là !

20181125_180646

 

Frankie correspond à un vêtement que je porte et que je vais porter. Ce n’est pas un petit pull qui restera au fond du placard !! Il est simple et efficace comme je dis souvent. Je suis particulièrement fan de ma version en maille jaune qui rend finalement ce modèle original. La couleur est dynamique, la matière agréable et j’adore le détail des coudières qui donne un coté fun à mon pull et me rappelle les années d’adolescence excentrique et colorée. D’ordinaire, je ne suis pas fan des coudières mais cela apporte une réelle personnalisation au vêtement, avec du tissu à motifs, de la dentelle, du biais contrastant… Les coudières ajourées m’ont également interpellé, et bien que pour des raisons pratiques je ne sois pas réellement convaincue, ma curiosité me pousserait à les tenter pour la technique…

20181125_180627

Pour ce qui est de la coupe, les manches chauve-souris donnent une allure stylée à un look simple, sur un pantalon ou une jupe, que l’on voit souvent actuellement. Minimaliste mais dans l’air du temps et sans réel problème de seyant puisque la coupe n’est pas ajustée. Ca fait partie du style. C’est un vêtement décontracté qu’on peut porter chez soi avec ses pantoufles, mais qui ne fera pas négligé pour sortir. Il est parfaitement adapté pour le travail. Les manches ¾ sont idéales pour qui a souvent les mains dans la vaisselle (ah ah), qui manipule des produits salissants, ou simplement fait des allers et retours dans des pièces surchauffées. Je sais de quoi je parle…

20181125_180618

Sa simplicité permet une large gamme de possibilités en matière de tissu, et donc quelques excentricités. Une couleur flashy, de la fluidité et pourquoi pas des paillettes ! C’est comme ça que je vois le potentiel de ce modèle. J’ai déjà ma prochaine version en tête et j’aimerais qu’elle brille de ** mille feux **

Reste pour vous à trouver le tissu qui correspondra à la version de Frankie qui vous contentera le mieux !

Alors, que pensez-vous de Frankie ?

Signature Mimie

En résumé :

Patron : Blouse / Pull Frankie de Fiat Lux patrons – Disponible en pochette – 14,50€.

Tissu : 1m de maille jaune de chez Mondial Tissus – 10.99€/m.

Les plus :

• Patron ultra simple et rapide à réaliser
• Adapté aux tissus extensibles et non extensibles
• Idéal pour les débutant(e)s avec points techniques expliqués
• Un vêtement du quotidien facile à porter et non ajusté
• Possibilité de jouer sur les coudières jusqu’à une version ajourée.

Les moins :

• Pas un modèle coup de cœur pour des couturières chevronnées
• Peu d’originalité dans la coupe

5 réflexions au sujet de « Un rayon de soleil sous la grisaille – Frankie »

  1. Bonjour. Je viens de faire un Frankie dans un interlock hyper doux et hyper souple. Premier essayage avant les finitions : hyper cool! Et là j’ai tout gâché en posant le biais d’encolure … Je suis débutante, c’est ma première couture de Jersey, et j’ai donc suivi les indications, à savoir de couper le biais de la même longueur que l’encolure. Je me retrouve avec une encolure en  » laitue » qui fait des vagues. Je ne sais pas comment rattraper ? Dans votre cas avez-vous réduit la longueur du biais?

    J'aime

    1. Bonjour ! Autant que je m’en souvienne, j’ai suivi les instructions du patron en prenant un biais de la même longueur et ça a marché même si ma surpiqure n’est pas très régulière. Pourtant en règle générale, il faut prendre une longueur plus petite et étirer pour éviter que ça baille. Peut être que c’est la maille que j’ai utilisé qui a permis ça, si le jersey est trop souple, ça gondole. Essaye avec une longueur plus petite? Courage !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s