Couture·Deer and Doe

* ^ * Le Trench Luzerne * ^ *

Profiter de quelques instants de vacances, entre deux journées de visites intensives d’appartements à Lyon, pour terminer mon article sur le projet qui m’a accompagné tout au long du mois de Mai dernier : La réalisation du trench Luzerne !

DSCN3586

J’ai depuis quelques temps déjà, la douce envie de posséder un trench. Cette pièce qu’on classe aujourd’hui dans la catégorie des « intemporels » ou encore « basiques » d’une garde robe, faisait défaut à la mienne (de garde robe). Ce vêtement me renvoie des images de féminité, de maturité, de caractère, d’élégance et de chic ; et j’avais bien envie cette année de m’offrir cette belle pièce que je m’étais toujours refusée. Mes tentatives d’achats n’ont pourtant jamais abouti car, sans parler du prix qui peut déjà être un frein, je ne me retrouvais pas dans les modèles très classiques disponibles dans le commerce. Une fois porté, ce n’était pas vraiment moi quoi…

Alors quand j’ai découvert lors de la sortie de la collection printemps de Deer and Doe, qu’Eleonore nous proposait un superbe patron de trench, sans doublure (ce qui simplifie quand même pas mal le boulot à première vue), avec une belle taille marquée et les détails « tout comme un vrai », je me suis dit qu’il devait s’agir d’un signe et qu’il était temps de relever le défi !
Le modèle est cintré et possède de jolies découpes princesses pour mettre en valeur la silhouette. Il propose également quelques challenges techniques avec la réalisation de boutonnières passepoilées, des poches passepoilées à l’italienne, des manches tailleur, des marges entièrement gansées,… Ce dernier point permet également d’apporter sa petite touche d’originalité et de fantaisie en fonction du biais choisi pour égayer l’intérieur du vêtement. Le patron est disponible en pochette de la taille 34 à 46 ET en PDF jusqu’à la taille 52 !! En voilà une bonne nouvelle ! La marque élargie son éventail de taille et cette nouveauté est présentée par une bien jolie ambassadrice en la personne d’Elodie du blog Hello Elo. Je valide !

Capture

J’ai accueilli ces petites nouveautés à bras ouverts et ai finalement succombé à la jolie blouse Hoya et au trench Luzerne. Ce n’est pas que l’idée de me coudre un trench ne m’avait jamais traversé l’esprit, au contraire, Améthyste d’Ivanne Soufflet est dans ma to-do list depuis bien longtemps, mais je me suis toujours découragée devant l’ampleur de la tâche, la quantité de tissu et de temps mise en jeu pour un objectif qui potentiellement surpasse mes compétences en termes de technique, de précision, d’ajustements … et de patience. Oui, on peut aussi appeler ça de la flemme…

Mais il faut croire que mon heure était arrivée, car c’est avec motivation, envie, et confiance que je me suis plongée dans l’aventure Luzerne. Hors de question que le patron reste sur l’étagère toute la saison et de louper le coche : c’était ce printemps ou je ne l’aurais peut être jamais fait. Un projet plus long à réaliser, bien technique, ne serait pas une mauvaise idée pour pimenter un peu ma vie couture, mais en prenant son temps pour faire les choses bien. J’ai foi en la marque et j’étais impatiente d’affronter de nouveaux points techniques. En mettant toutes les chances de mon coté avec une gabardine bien stable, ça ne me paraissait pas insurmontable. Armée de mon fer à repasser, j’allais vaincre !! Et tant qu’à se lancer, je ferais le patron directement, sans toile et s’il ne me va pas, j’aurais au moins essayé.

Le métrage requis est pourtant conséquent, 3m50 ce n’est pas rien et c’est typiquement le genre de chose qui me sert d’argument pour ne pas craquer sur un patron. Mais c’est quand même chouette de pouvoir se coudre ce genre de pièce !! Alors dé-cul-pa-bi-li-sons!! Acheter de temps en temps un grand métrage pour un projet spécifique et réfléchi, ca fait aussi parti du plaisir !

DSCN3543

Chapitre 1 : Estimation du métrage

Après avoir tranquillement décalqué ma taille habituelle chez D&D et suivant les conseils lus de ci de là, j’ai opéré une simulation ultra réaliste du métrage nécessaire. Deux rallonges de table et quelques marquages au scotch m’ont permis d’estimer qu’il me fallait minimum 2m90 en 140cm de large pour faire rentrer une taille 42. Disons 3m, on ne va pas chipoter, et c’est toujours 50cm de gagné !

DSCN3308

Chapitre 2 : Les investigations « tissu ».

Etant donné qu’il s’agit d’un projet de longue haleine, j’avais envie de me faire plaisir en choisissant vraiment LE tissu idéal pour mon trench, celui qui rentre pile dans les critères, quitte à mettre un peu le prix, et non pas un tissu par défaut. Finalement, c’est assez rare que je piste un tissu spécifiquement pour un projet qui me fait envie. Souvent je craque sur des tissus et je les transforme après, je fais avec le stock. Là, je voulais profiter de cette étape aussi, réfléchir, étudier, pour pouvoir pleinement savourer ma couture avec un beau tissu et créer une belle pièce.

J’ai très vite décidé que mon trench serait VERT. Je ne le voyais pas autrement. Je voulais une pièce pétante, une couleur vive. J’en avais vu un spécimen sur une passante et j’ai été assez séduite, d’autant plus que j’apprécie l’originalité. Restait encore à dénicher la nuance de vert exacte qui me faisait envie.

Pour choisir le matériau parfaitement adéquat, sergé ou gabardine de poids léger à moyen, je suis allée visiter les sites conseillés dans l’article dédié au choix du tissu sur le blog de D&D. J’ai parcouru les pages et recherché les propositions de nuances de vert. Comment vous dire…. Je n’ai pas eu pléthore de choix. Ca ne doit pas être hyper tendance tout compte fait. Tissu.net et Ma petite mercerie proposaient cette couleur et, pour me rendre compte des matières et surtout des teintes, j’ai pour la première fois demandé des échantillons.

Chez Tissu.net, les échantillons sont gratuits et la demande hyper simple. J’ai reçu rapidement un carré d’environ 10x10cm du tissu croisé vert 100% coton à 9.95€/m hors frais de port. Super bien pour se rendre compte de la texture et du poids du tissu. Par contre, la couleur était assez éloignée de la photo du site sur lequel elle parait plus «sapin», alors qu’en réalité, le vert est très vif. D’où l’utilité de l’échantillon, well done ! Je cherchais un vert plus jaune, plus « cactus », mais avoir cet échantillon m’a servi de témoin pour faire le tour des boutiques de Caen. Bon, j’ai fait choux blanc au final. Pas de couleur verte et des tissus plus lourds en général.
Ma petite mercerie, quant à eux, proposait une large gamme de coloris en sergé ! Il avait l’air d’avoir le vert parfait pour 14€20/m, hors frais de port. Via un formulaire reçu par e-mail, j’ai demandé des échantillons gratuits de deux coloris. Ils ont mis un peu plus de temps à arriver et sont plus petits, environ 3x3cm. C’est plus difficile pour imaginer le rendu.

DSCN3570Finalement, à force de voir mon échantillon vert vif de chez tissu.net, et bien que la couleur ne soit pas vraiment celle que j’espérais au départ, je me suis habituée et j’ai fini par la préférer aux autres verts. J’ai donc opté pour un compromis, à savoir un vert un peu plus criard et moins cher (oui ça compte un peu quand même sur 3m).
Aucun problème à signaler après lavage et repassage du tissu. Il est de bonne qualité et la couleur a bien tenu. Le tissu est assez souple, solide et pas très lourd pour un sergé. C’est différent de ceux qu’on trouve généralement au rayon ameublement. Franchement, je suis ravie du rapport qualité prix de mon tissu et du service du site Tissu.net.DSCN3578

Chapitre 3 : La découpe.

Prenez du temps devant vous !! Ce n’est pas un projet qu’on découpe à la légère. Déjà, il vous faudra trouver de l’espace : au moins trois mètres de long. J’ai enfin trouvé une utilité au couloir de mon appart 😉 Ensuite assouplissez-vous les genoux et le dos. Et c’est parti ! J’ai mis une bonne heure en tout et pour tout à positionner mes pièces, plier mon tissu et finalement couper. Le métrage était bon, mais on ne peut pas dire qu’il me reste une grande chute. Pas même de quoi recouper une pièce si jamais il y avait une erreur.

IMG_20170501_174149

DSCN3585

Chapitre 4 : Le début des péripéties.

Pour ce projet, mon rapport au temps en couture a été bousculé. Ne pas voir le vêtement se former sous mes yeux après plusieurs soirées passées à exécuter minutieusement chaque étape, ne pas pouvoir l’essayer, a été pour moi quelque chose de nouveau.
J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver dans mes pièces au départ. C’est qu’il y en a beaucoup et des inédites ! Quel est le sens de la parementure ? Où faut-il faire une boutonnière ? C’est la gauche ou la droite ? Pas évidement. En plus, j’ai dû oublier quelques repères de montage lors du décalquage. Ca aide un peu quand même…

Le périple commence, les mains tremblantes, avec les boutonnières passepoilées. Aidée du tutoriel de Mamie Camille, je me suis lancée sans faire d’essais. Prenez le temps de bien marquer les repères, de positionner les passepoils avec précision et ma foi, ca se passe plutôt bien. Je suis satisfaite du résultat. Le montage ressemble à des minis poches passepoilées, comme sur Lupin. Par contre, je redoutais que mes repères soient décalés entre la parementure et le devant et que cela pose soucis au moment du montage. Mais ça, on ne le sait qu’après !
Concernant la taille des boutonnières, j’ai pris le parti de coudre le modèle tel que proposé et de choisir de jolis boutons en fonction, une fois mon trench terminé. En réalité, j’aurais du prendre des boutons plus petits, mais comme je n’aimais pas du tout le rendu, j’ai opté pour des boutons de la taille qui me convenait et en forçant un peu, ça passe dans les boutonnières. J’aurais donc du les agrandir, à noter pour une prochaine fois. Bon, maintenant elles se sont détendues et ça passe beaucoup plus facilement.

Les étapes s’enchainent avec les plis des jupes, la parementure, le col… la progression est lente mais il faut s’accrocher ! Tout s’emboite parfaitement et prend forme, séparément, mais ça vaut le coup !DSCN3581

Chapitre 5 : La reine de la ganse

Le trench Luzerne n’est pas doublé. Pour que l’intérieur soit propre et ma foi, aussi un peu original, la totalité des coutures sont gansées de biais. Ca rend l’intérieur plus gai et bien fini, en soulignant joliment les coutures. Autant vous dire que vous allez vite devenir la reine/le roi de la ganse !! Ou pas… J’ai eu recours à quelques subterfuges pour tenter d’obtenir une pose de biais la plus propre possible, le moins longue à faire,…

Avant tout, Deer and Doe conseille 10 m de biais… prenez bien 10 voir 11 m de biais !! Des 10 mètres que j’avais pour ma taille 42, il n’est resté exactement que 2 cm à la fin. J’ai choisi du biais jaune moutarde pour trancher sur le vert et donner une touche de pep’s et d’originalité qu’on ne voit qu’en ouvrant le vêtement. La couleur contrastante est un peu risquée puisque ça ne pardonne pas les poses approximatives, mais avec un fil coordonné, on limite la casse.

Pour s’entrainer à la pose de biais, voici le projet idéal… Héhé ! Il m’est arrivé de passer tout mon temps consacré à la couture à simplement ganser mes marges. Pensez, avant d’enchainer les kilomètres de biais, au sens dans lequel vous aller le monter. Je commence par le coté de la marge qui ne se verra pas (parce qu’elle sera rabattue par exemple, ou contre le tissu). Comme ça, la surpiqure plus précise se fait sur le coté « qui se verra », et si le point est imprécis de l’autre coté, ce sera invisible. Ca limite un peu les dégâts quoi…

DSCN3583

Ganser, c’est un peu rébarbatif, surtout quand on a un gros doute sur la façon de faire. Je m’explique. Le point qui est resté un vrai mystère pour moi est : faut-il, pour coudre dans les règles de l’art, réduire les marges avant de les ganser ? Les marges font 1.5 cm et le biais se met à cheval sur 0.5 cm. Faut-il garder ces 1.5 cm ou réduire par exemple à 1 cm et ganser après pour obtenir un joli résultat ? Donnez-moi votre avis sur la question car je n’ai pas su trancher !

J’ai essayé plusieurs méthodes sur mon trench. Sans réduire, de grandes marges se baladent et ça parait moins propre que sur les photos aperçues sur le net. En réduisant, on est un peu moins précis et lors de la surpiqure sur l’endroit, on risque de faire apparaitre une nouvelle couture sur la ganse, ce qui est plutôt visible si elle est contrastante comme la mienne et que le fil n’est pas de la même couleur. Je trouve d’ailleurs qu’il y a beaucoup de coutures visibles sur l’intérieur du trench et ce n’est pas toujours impeccable… ça m’a un peu déçue pendant la couture, je pense manquer de précision. J’ai eu beau aligner mes pièces, épingler, bâtir même, il est assez difficile d’être super précise dans les surpiqures pour que ça soit parfait de l’intérieur. Mais bon, je n’y fais plus attention maintenant et le résultat est plutôt pas mal.

D’autant plus que ma machine a commencé à montrer ces limites. Le tissu étant assez lourd, j’ai eu des difficultés à avoir des coutures bien droites, le poids de l’ouvrage et l’entrainement faiblard faisant un peu dévier la trajectoire. Je ne saurais que trop vous conseiller de coudre sur une table avec un peu d’espace à votre gauche, pour soutenir le projet. Je n’en ai pas beaucoup et au montage de ma pièce, il est devenu assez complexe de coudre sans que le trench ne tombe et entraine le tout vers le bas

Chapitre 6 : Vers l’achèvement…

Enfin le moment de l’assemblage du corps et de la parementure. Précision et application sont de rigueur pour bien faire coïncider les coutures et les repères.
Et pour vous octroyer une petite pause et profiter d’un bon film avec votre conjoint(e) tout en vous adonnant à votre passion, le trench Luzerne vous propose une belle conclusion après cet assemblage : Une bonne flanquée de couture à la main ! A savoir l’ourlet du bas aux points invisibles, la fixation des boutonnières entre la parementure et le corps, et une bonne séance de point de bâtis pour placer les parementures le long des coutures princesse, du col et des emmanchures. Ma foi, mieux vaut s’y coller pour avoir un beau résultat. Mais je vous avoue qu’une fois cette étape passée, on sent vraiment que la fin est proche… et bien non !! Il y a encore la ceinture, les manches, les pattes,…

DSCN3580

Première expérience avec les manches en deux parties. Pas de grandes difficultés, mais, vous reprendrez bien un peu de ganse, non ?? Pour la ceinture j’avais lu que certaines filles la trouvaient trop large. J’ai donc cousu mes passants un peu plus grands. Pour moi ça passe nickel et je trouve la ceinture parfaite.
Enfin, après tous ces efforts, vient le temps d’apporter la touche finale, parfaire le chef d’œuvre avec de jolis boutons ! J’ai choisi 9 boutons + 1 plat, noirs un peu brillant sur la bordure. Ils sont un poil trop grands pour les boutonnières mais le rendu est bien mieux qu’avec des petits boutons. Par contre, je n’en ai pas en rab !

DSCN3572

Et porté ?

Je suis ravie de mon trench !! Il est beau, lumineux et pas vraiment classique ce qui me correspond bien mieux ! Je le trouve très seyant et plutôt confortable. Les larges poches sont très agréables et pratiques pour y fourrer les innombrables choses qui trainent. La ceinture souligne bien la taille et je peux aisément le porter fermé. Pas de poitrine engoncée, je peux faire des mouvements avec les bras, royal ! J’ai l’impression de porter une jolie robe en fait.

DSCN3548

DSCN3550

DSCN3552Au niveau des finitions, j’apprécie beaucoup les détails, les pattes de manches, l’empiècement dos et les surpiqures. Le Trench est solide et bien qu’il ne soit pas doublé, il est bien fini grâce à l’ordre de montage et aux marges gansées. Je reste quand même un peu sur ma faim sur ce point avec ma question en suspend. J’aurais pu avoir des coutures plus régulières sur l’intérieur et sur mes ganses mais franchement, pour une première, je suis satisfaite et mes pinailleries de perfectionniste sont oubliées. Et puis, les bordures jaunes, ça en jette !

DSCN3562

J’ai pu le sortir au printemps et j’ai presque hâte que l’automne arrive pour le redécouvrir. Vis-à-vis de la couleur, les associations sont plutôt faciles. Etant donné que je porte principalement des jeans, ça se coordonne plutôt bien. Et je trouve même qu’il est parfait sur une robe, d’autant plus si elle à la taille marquée ! J’ai cousu une Sureau printanière et ils s’associent très bien.

J’aime avoir une pièce forte qui finalement se suffit presque à elle-même, et qui plus est, est originale et seyante. Bref, le jeu en valait vraiment la chandelle !!! Je suis troooppp contente !
Merci à Deer and Doe pour ce très joli modèle, ce chouette défi et d’avoir permis ce moment d’autosatisfaction et de fierté.

Et vous, qu’en pensez vous de ce trench Luzerne ?

 Signature Mimie

En résumé :

Patron : Trench Luzerne de Deer and Doe – disponible en pochette (14€) et en PDF (11€)

Tissu : 3 mètres de tissu croisé coton vert – Tissu.net à 9.95€/m

Les plus :

  • Seyant et originalité de la coupe.
  • Détails « comme un vrai ».
  • Nombreux points technique rendu abordables.
  • Satisfaction extrême d’une pièce conséquente, technique et qui vous va.
  • Couleur dynamique.

Les moins :

  • Projet d’endurance : il faut s’accrocher, ça prend un peu de temps.
  • Métrage nécessaire important.
  • Vous dansiez? Et bien gansez maintenant 😉
Publicités

28 réflexions au sujet de « * ^ * Le Trench Luzerne * ^ * »

  1. Tu peux etre sacrément fière de toi, il est magnifique ton trench! Il tombe parfaitement ! Il méritait bien quelques soirees de ganse! Merci aussi de donner tes liens de tissus pour le réaliser …voilà qui est tentant !

    J'aime

    1. Merci beaucoup Servane. Il faut de la patiente pour le réaliser mais franchement, je n’ai jamais eu envie d’abandonner. Les étapes s’enchainent très bien, il faut juste savoir s’arrêter pour reprendre plus tard.

      J'aime

  2. Vraiment très joli, et très jolie photos !!!
    ça fait du bien de lire un long article qui reprend toute la genèse du projet (je comprends que pour un T-shirt on n’écrive pas un roman, mais de temps en temps quand le projet est toute une épopée ça vaut le coup d’un roman et puis (quand on a le temps) ça fait du bien à lire 🙂

    Bonne journée

    J'aime

    1. Merciiiiii !!! Je fais lire vos commentaires au photographe, histoire de le motiver pour les prochaines 😉 Ca valait le coup d’attendre un peu pour avoir un lieu sympa. Ton commentaire me touche, j’ai toujours l’impression d’écrire trop ou que certains points ne vont pas intéresser, mais en même temps, j’aime bien prendre le temps d’écrire. Alors merci encore!

      J'aime

  3. Quel projet de longue haleine ! Mais le résultat est à la hauteur, ton trench est superbe ! Surprenante au début, la couleur est chouette et j’aime beaucoup le contraste avec le biais moutarde.

    J'aime

  4. Merci pour toutes ces explications et bravo pour la réalisation. J’ai prévu de le faire à l’automne pour ma fille dans un très joli tissu rouille et je suis contente d’avoir lu ton article qui me donne du courage et vu tes photos qui montrent le seyant du modèle. Bravo aussi pour avoir osé ce vert et les ganses en jaune. C’est gai et original.

    J'aime

  5. Ton trench est trop beau! mais je t’avoue que tu m’as un peu déprimée! 🙂 après avoir passé un temps fou à décalquer, découper, épinglé sur le tissu et découper le tissu… (la première fois que je prends autant de temps pour préparer une cousette), j’ai passé beaucoup de temps à faire mon biais… (erreur?? on verra… 🙂 en tout cas j’en ai à peu prés 18m donc ça devrait le faire.
    Bref après tout ça j’ai enfin réussi à passer aux choses sérieuses et plus intéressante ç savoir: commencer à coudre ce trench! et j’ai à peine fini de faire mes boutonnières sur le dessus (il me manque encore les parmentures) je sens que ce mois-ci ma liste cousette va se restreindre à 1 seul projet qui sera ce trench car en fait il a l’air vraiment mais alors vraiment trés long…

    En tout cas merci pour cet article, pour ces astuces (par exemple pour le biais) etc. ton trench est trop beau! 🙂 et te va trés bien!

    J'aime

    1. Merci pour ton message ! Je répond tard, je suis en plein déménagement. Loin de moins l’idée de te décourager en tout cas !!!! Au contraire, il faut prendre ça sur un ton humoristique 😉 Alors, il avance cet ouvrage? Tu as eu tellement de courage de faire ton biais toi même! Après c’est vrai que ça prend du temps comme pièce mais ca vaut vraiment le coup. Et puis c’est chouette de s’appliquer sur des finitions, même si on coud un peu moins de pièce de coup 😉

      J'aime

  6. Il est magnifique ton luzerne en vert ! Merci pour les précisions car je cherchais si mes 3 mètres allaient ou pas suffir… et combien de biais il me faudrait… Donc, c’est parti !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s