Couture·Grainline Studio

* * Le cas de la chemise Archer * *

~~ Bâillement ~~

Excusez moi, il semblerait que je me sois endormie … Le mois de Mai est passé à une telle vitesse que j’ai, une fois encore, loupé le coche, et pris du retard. Je suis restée focalisée sur un projet de « grande envergure » ces dernières semaines, et maintenant qu’il est achevé et que les températures sont remontées, je brûle d’envie de coudre robes d’été et petits hauts colorés, sans trop savoir par où commencer.
Il est donc plus que temps de retrouver l’inspiration pour vous parler plus en détail de mes projets de printemps (voir fin d’hiver), dont la chemise Archer.

Il est vrai que j’ai déjà mis un temps fooouuuu à concrétiser ce projet. Je suis donc peu étonnée de trainer pour vous raconter son histoire. Non pas que je manquais de motivation, au contraire, j’étais très désireuse, voir impatiente, de réaliser l’idée que j’avais en tête, mais le cheminement vers cette cousette n’a été qu’une succession de «oui, non, non, oui, je ne sais pas, mais si, mais non, mais je ne peux pas,…».

DSCN3133 bis

La petite histoire :

Il y a quelques années, je ne portais JA-MAIS de chemises/chemisiers, sauf pour les entretiens d’embauche. Dans mon esprit, une chemise signifiait « working girl » et un chemisier « petites filles à socquettes » (Waahh l’ouverture d’esprit !!). Ca ne voulait pas dire que je ne les aimais pas, mais plutôt que je ne les assumais pas. Mon dressing contenait en tout et pour tout, deux chemises, une verte et une marron, achetées en Italie, probablement pendant une phase «je ne vis pas chez moi, alors je change de look». Pour autant, quand je les portais, elles me donnaient de l’assurance, je me sentais plus adulte. Magiiiiee !

Avec l’âge et un peu grâce à la couture, j’ai commencé à être attirée par les chemises et les chemisiers. Dans un premier temps, plutôt pour savoir si j’étais capable de réaliser cette pièce un peu plus technique, et par la suite, parce que j’aime les coudre et les porter (et cela m’évite les déconvenues des cabines d’essayage). En effet, en choisissant soi-même son tissu et son modèle, ce vêtement peut facilement devenir décontracté et personnalisé. Une façon soft d’exprimer un peu de maturité et une part de féminité.

J’apprécie énormément le décalage entre la pièce classique et structurée, et ses rendus très différents avec des tissus frais, à motifs, voir à carreaux, ou colorés. J’aime les nombreux détails sur lesquels on peut jouer : les découpes, insérer des passepoils, les formes de cols, de bracelets de manche, des plis, des fronces, retrousser les manches, mettre les pattes, des poches… Chaque modèle a sa petite originalité qui peut facilement faire mouche chez moi.

DSCN3136

Pour cette fois, je voulais tester un autre type de chemise que celles déjà réalisées, moins marqué et dans un look différent. Après quelques recherches, la Archer de Grainline Studio est ressortie comme un basique incontournable de la blogosphère. Beaucoup de versions m’ont tapé dans l’œil et correspondaient à ce que je voulais essayer : un modèle de chemise simple, basique, décontractée et qui serait mis en valeur par le tissu. C’est une jolie chemise loose, donc non ajustée, sans pinces poitrine. Un pli au dos lui donne de l’ampleur, des bracelets de manches et deux poches plaquées de belles finitions.

J’ai lu beaucoup d’articles avant de me décider. Et à force de lire et de chercher des infos sur Archer, c’est devenu une évidence : celle là et pas une autre. Malgré les doutes sur l’ampleur du modèle, l’absence de pinces, la longueur et la largeur excessive des manches, l’impossibilité de se procurer un patron pochette vu le prix des frais de port, j’y revenais toujours.

DSCN3137

En réalité, j’avais une idée fixe en tête : réaliser Archer dans le beau voile de coton Atelier Brunette, « mon précieux », qui trônait dans les coupons du stock. A l’achat, je savais qu’il deviendrait une chemise et finalement, il m’a été impossible de coudre une Archer dans un autre tissu. Pas de temps à perdre, il fallait voir le résultat, vite, et au diable la frustration en cas d’échec, c’est cette chemise que je veux, et laisser dormir mon coupon une minute de plus dans le stock serait le condamner à y rester pour encore plusieurs années. Un soir d’élan de confiance, j’ai saisi mes ciseaux, squatté le salon et coupé mon tissu en faisant fi de toutes les lectures qui m’avaient tant freinées, et donc, sans même prendre en compte les conseils plus que judicieux que j’avais pourtant lus à maintes reprises.
Mes mensurations se situant entre la taille 10 et la 12, j’ai coupé en taille 12 pour ne pas risquer. J’ai choisi de réaliser la version sans basque et avec les deux poches plaquées.

DSCN3132
Au top le repassage !! 😉

Le tissu :

Il s’agit d’une batiste de coton de chez Atelier Brunette nommée « Twist Dark Blue » achetée chez Anna Ka Bazaar à Paris. Le tissu est léger, fin, agréable à coudre et à porter. Vu sa nature coton, il marque bien les plis, ce qui est fort pratique pour la couture des chemises, le fer à repasser aidant bien pour la précision.
Le patron préconise 2m de tissu pour cette chemise, mais 1m50 m’ont suffi pour ma taille.

La réalisation :

Le patron d’Archer est en anglais mais les instructions sont illustrées de schémas détaillés à chaque étape de montage et complétées de vidéos en ligne pour les passages les plus techniques. Les marges sont de 1.3 cm, pas toujours facile à respecter. J’ai tout de même assemblé avec des coutures anglaises ; pour les tissus fins, je préfère cette finition plus propre (sauf pour le montage des manches, je n’ose jamais).

DSCN3123

Concernant les étapes, il n’y a pas de pinces : une de moins ! La méthode de montage du col proposée par Grainline est différente de celle que je connaissais. Je ne saurais pas dire si elle est mieux que les autres, mais en tout cas, j’ai appris quelque chose. Le montage des bracelets de manches, différent également, m’a bien plus, le résultat est net et j’ai un peu moins galéré que d’habitude.

Coté finitions, j’ai pris le parti d’assembler ma chemise avec du fil moutarde de la même couleur que les losanges. Je me suis donc bien appliquée pour les surpiques car le contrastant ne pardonne pas. Pour les boutons, c’est l’option « champignons » qui a été validée. Pour varier du jaune, je les voulais corail, au risque de multiplier les couleurs. Mes idées saugrenues m’ont couté le prix car il n’a pas été facile se procurer les boutons parfaits, mais je les ai trouvés ! C’est la teinte que je voulais, quoique plus flashy que prévu, mais elle apporte un plus qui ne me déplait pas.

Et portée ?

Malgré l’ampleur de la chemise, je suis contente du résultat de ma pièce. Elle est différente des quelques chemises ajustées que je possède et en ça, je l’aime bien. Ca change et même si ce n’est pas la coupe la plus flatteuse pour ma morpho, j’apprécie son confort et sa légèreté. En revanche, comme le tissu est léger, ce n’est pas un vêtement protège du froid, mais ce n’est pas plus mal, elle convient bien à la mi-saison, à porter sous une veste, ou même ouverte sur un top. Il se trouve d’ailleurs qu’elle se marie plutôt bien avec ma veste corail qui elle tient bien chaud, ou encore mon gilet cannelle que je vous présenterai bientôt.

DSCN3120

Le gros point faible de ma chemise, c’est la longueur des manches. Certes elles sont très larges, ça je m’y attendais, mais elles sont vraiment trop longues. Obligation de raccourcir pour une prochaine version. Il est évident que je préfère la porter les manches retroussées. En plus, je trouve cela plus cohérent avec le modèle, pour un look «à la cool». Je suis super à l’aise dedans et les pointes de fluo donnent du pep’s.

Pour la saison, les couleurs sont un peu foncées, quoique les boutons rehaussent l’ensemble, mais elle sera parfaitement compatible avec une garde robe d’automne le moment venu.

Et vous, que pensez-vous de ce patron ? Vous aimez l’association ?

Signature Mimie

Note : Les photos ont été prises à Porto, vous pouvez admirer de jolies Azulejos en arrière plan.

Résumé :

Patron : Chemise Archer – Grainline Studio. Disponible en PDF (12$) et Pochette (16$).

Tissu :

  • 1m50 de Voile de coton Twist Dark Blue – Atelier Brunette acheté chez Anna Ka Bazaar – 18€/m

Les plus :

  • Coupe confort
  • Modèle simple qui supporte un tissu à motifs
  • Nouvelles techniques de montage accompagnées de vidéos
  • Plaisir de coudre une pièce dans un tissu « trésor ».

Les moins :

  • Manches longues et larges.
  • Frais de port onéreux pour la version papier.
Publicités

5 réflexions au sujet de « * * Le cas de la chemise Archer * * »

  1. je suis ravie que tu sois revenue de tes principe sur les chemises!!!!
    elle est canon et la chemise ou les petits chemisiers te vont très bien!!!!

    j’ai hâte de voir ton gros projet!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s