BlaBlaBla

Petite causerie

Toc toc toc… Y a-t-il encore quelqu’un sur ce blog??

Comme je l’avais prédit, le changement de rythme et mon incapacité à écrire des articles courts, ont eu raison de la fréquence des publications sur le blog.

Il faut dire que depuis Septembre, je traverse une mauvaise passe couture. Une sorte de trop plein (et j’ai lu par ci, par là, que je n’étais pas la seule !). La vue de mon stock de tissus me donne le tournis, voir la nausée. Les sommes dépensées me font culpabiliser mais surtout, mon apparence a changé et le chemin vers l’acceptation est tortueux. Difficile de se voir dans le miroir et de s’accepter, difficile de trouver un projet qui me donne envie par peur du résultat final. J’ai l’impression que quoique je fasse, il y a aura un obstacle : pas le bon tissu, mauvais seyant, pas le temps, besoin d’une toile, nouvelle dépense… Quand on a l’impression de coudre des choses seulement pour les coudre, et plus pour se faire plaisir, il est temps de faire une pause.

Un grand sentiment de frustration m’a envahi, face à mon armoire bien remplie de vêtements que je traîne depuis la fin de l’adolescence et qui ne me vont plus. Les vêtements d’alors ne sont aujourd’hui plus compatibles avec mon âge et mon image. D’autant plus qu’ils côtoient les cousettes accumulées depuis quelques années dans des tissus et styles parfois très différents. Un ménage assez hétérogène bien que j’ai toujours eu l’objectif de porter ce que je cousais.

C’est donc pour casser ce cercle vicieux et tenter d’aller de l’avant que j’ai pris quelques décisions concernant mon placard et ma façon de coudre, dans l’espoir secret que l’envie reviendrait petit à petit.

Tout d’abord, quelques règles de conduite : procéder à des achats raisonnés, et favoriser au maximum les tissus du stock. Attribuer un projet à chaque achat et acheter le métrage en conséquence. J’essaye de mettre ces principes en application depuis quelques mois déjà, avec plus ou moins de succès.

J’ai également listé tout ce que je voudrais faire en couture avec ce qui est à ma disposition aujourd’hui, que ce soit simplement « utiliser tel coupon » ou « me coudre tel modèle dans tel tissu ». Je n’en suis pas rendue à faire des collections, mais en cas de panne d’inspiration, je pense que cette petite liste pourra m’être bien utile.

Pour la suite, je me suis tournée vers les articles d’Eleonore concernant le « wearability project » pour lesquels je ne m’étais jusqu’alors pas senti concerné. Comment tendre vers une garde-robe qui corresponde à « ce que je veux porter aujourd’hui », en accord avec mon corps et mon mode de vie, sans céder aux sirènes de la consommation ? Je ne pense pas pouvoir mettre tous les conseils préconisés en action, mais j’ai gardé quelques étapes qui semblaient me convenir pour le moment.

Pour commencer : opérer un grand tri ! Les vêtements abimés, adolescents, non portés depuis la saison dernière ou tout simplement trop petits (snif snif), on été mis dans un grand carton. Objectif : brocante/dons/recyclage. L’exercice n’est pas aisé car les souvenirs remontent à la surface, mais il fallait le faire et ça fait vraiment du bien !

J’ai repris une bouffée d’air face à mon placard et la motivation pour faire baisser le stock de tissus commence à arriver. Après la couture de quelques basiques ce printemps (deux plantains, ma Lupin), je compte bien poursuivre sur cette voie et faire en sorte que mes vêtements ai un peu plus de cohérence entre eux. Je me cadre avec ces objectifs et les quelques défis qui fleurissent à l’automne, comme le concours T&N, ou le BPsewvember sur Instagram, sont des alliés pour revenir doucement derrière ma machine à coudre.

 Et vous, vous êtes vous déjà retrouvé dans cette situation ?

 Signature Mimie

Enregistrer

Publicités

7 réflexions au sujet de « Petite causerie »

  1. Bonjour « Mimie »,
    abonnée depuis quelque temps, c’est la première fois que je communique. Je tiens à dire : bravo !!! Pour plusieurs choses.
    D’abord pour le partage des articles et des photos du blog, pour l’honnêteté couturesque (eh oui, on a rarement en même temps : la silhouette exacte du patron, le tombé parfait du tissu et aucune étourderie ou difficulté technique…). Et cet article soulève des choses qui (moi aussi) me turlupinent : l’image de soi et le corps qui change, le placard plein de vêtements (trop petits mais chargés de souvenirs, trop beaux mais importables au quotidien, trop usés mais je les adore) et la difficulté pour moi de trier pour me séparer des objets. Cet article et la démarche réfléchie (et courageuse) qui l’accompagne montrent que vous êtes à nouveau dans une « bonne » dynamique ! Je vous encourage à profiter de cette « bouffée d’air », et les envies et les projets vont revenir peu à peu, naturellement.
    La dernière raison pour laquelle j’ose écrire, c’est aussi qu’aujourd’hui, j’ai fait la connaissance de M.L, qui a passé un après-midi couture avec vous. Elle a été ravie de faire votre connaissance, m’a parlé de vous avec admiration et une certaine fierté d’avoir pu partager ce moment d’échanges.
    Plein de bonnes choses à vous,

    Aimé par 1 personne

    1. Olala, merci beaucoup pour ce gentil message qui m’a vraiment mis du beaume au coeur ce matin quand je l’ai découvert. Je suis touchée, merci. C’est appréciable d’avoir des retours de vos expériences, surtout quand on se lance dans un article un peu différents des autres. Et ça motive pour continuer. Et en plus, M.L vous à parlé de notre petite après-midi de manière positive, quelle belle récompense pour moi ! Les envies coutures reviennent doucement, commençons par les projets simples et efficaces (bientôt sur le blog 🙂 ). Merci encore et j’espère à bientôt !

      J'aime

  2. Coucou Mimie,
    C’est très jolie ce que tu écris. Si tu savais le nombre de fois où j’ai rangé des vêtements dans un carton… puis ré-ouvert le carton, on ne sait jamais, je peux peut-être encore rentrer dedans ! euh non ! et puis un jour, remplie de courage et ayant ressassée mainte et mainte fois la question, j’ai tout mis dans un sac et déposé dans un container textile ! ma devise aujourd’hui  » n’ai pas de regrets, elle était très jolie cette petite jupe mais si tu la donnée c’est qu’elle ne t’allait vraiment plus du tout  » Après on se sent beaucoup mieux et du coup comme le placard semble bien vide… hop un petit projet couture 🙂
    bises
    Sylvie

    J'aime

    1. Coucou Tata ! C’est tout à fait ça, le grand vide ça fait du bien des fois. Et c’est comme ça qu’on se rend compte de ce dont on a vraiment besoin (comme un tee-shirt noir tout bête par exemple). Alors, hop ! Derrière la machine !

      J'aime

  3. Alors…la réponse est oui. C’est comme ça que j’ai donné à des associations caritatives l’an dernier l’équivalent de deux grands sacs poubelles remplis de trucs que je gardais au cas où.. Où quoi? Que je rajeunisse, que je retrouve ma taille de mes 30 ans, que ces trucs pourraient être utile à quelqu’un de passage dans la maison, etc, etc…
    J’ai toujours quelques souvenirs qui décorent l’armoire mais j’ai refais le plein de vêtements qui me vont mieux.
    Et j’attends d’avoir plus de dispo pour me remettre à coudre pour moi.

    J'aime

    1. La réponse est OUI… en direct de Bangkok ! 😉 C’est chouette que tu ais quand même gardé quelques souvenirs, ça en représente aussi pour nous. Et puis, c’est plus valorisant de se sentir bien dans ces fringues (même si ça fait mal de prendre des tailles) plutôt que de s’obstiner à rentrer dans un truc trop petit. Bon j’avoue que virer 2 jeans neufs achetés qqls mois avant car trop petits, ça ne m’a pas plus, mais ils serviront plus à quelqu’un d’autre.

      J'aime

  4. Comme je te comprends… Après 2 grossesse en 3 ans et des soucis de vie, mon corps n’est plus le même qu’auparavant. J’ai aussi beaucoup trié et donné et j’avoue qu’il persiste dans mon placard une pile pour le « au cas où ». Mais je trouve qu’avec le temps, les kilos et les changements sont plus faciles à accepter. Indulgence avec soi-même, dirait ma psy ! Pour gérer les achats et le stock, j’ai pour principe d’acheter un tissu avec un projet bien précis et donc le métrage nécessaire. Dès que j’achète, je lave et j’étiquette le tissu avec le nom du projet. J’ai une caisse en plastique où mes tissus sont rangés et je m’efforce que les coupons y rentrent tous. Je te comprends également pour les obstacles : pas le bon tissu, pas le bon fit, pas la bonne taille… J’ai plutôt résolu ce problème en ayant des patrons basics dont je sais que le fit me satisfait et je les réalise à de nombreuses reprises. Pour les tissus, je me suis rendue compte avec le temps qu’il vaut mieux mettre un peu plus de sous dans des beaux tissus (sur internet la plupart du temps) et avoir un rendu chouette que d’aller à l’économie et au final ne jamais porter ce que l’on a cousu…
    A bientôt

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s