Couture·Deer and Doe

* Lupin * … enfin !

DSCN1229 bis

La petite histoire :

Depuis plusieurs mois qu’elle a élue domicile dans mon placard, Lupin attend son heure de gloire sur le blog. Elle n’est d’ailleurs pas seule puisque Mélilot, Juliette et bien d’autres, lui tiennent compagnie et commencent, je dois dire, à s’impatienter. Vous aurez compris : j’ai mis une éternité à faire une séance photos ! Voilà, voilà ! Et pourtant, ce n’est pas faute de l’avoir portée !

DSCN1220 bis

Lors de la sortie de la dernière collection de Deer and Doe, l’idée d’une veste-blouson entièrement doublée, à la fois moderne et féminine, avec ces détails de pattes d’épaules, m’a fait flasher. La coupe de Lupin, entre le perfecto et le teddy, en fait un vêtement différent, risqué peut être, mais terriblement attrayant. Elle ne ressemble à aucun vêtement que j’ai déjà cousu. Et même si un risque d’incompatibilité morphologique existe, j’estime que Lupin a droit à sa chance. Alors Hop ! Elle a illico intégré la to-do list des vestes 2016 !!

En réalité, l’argument qui m’a, je pense, le plus convaincue, c’est de pouvoir la porter avec mes robes. Exit le problème de silhouette coupée et bonjour la petite veste marquée à la taille, avec bras couverts, pour un look citadine et branchée.

J’avais derrière la tête de porter l’association Zéphyr-Lupin pour une cérémonie prévue fin Avril. Le choix de la couleur devait donc se faire en fonction de ma toute récente robe bordeaux. Après une analyse approfondie des versions des testeuses et des tissus en ma possession, j’avais quelques options possibles… mais malheureusement, aucune de suffisamment convaincante pour détrôner l’idée qui avait jaillit dans mon esprit : je voulais une Lupin Camel ! J’ai une paire de bottines de cette couleur que j’adore, et en plus, c’est « tendance » le Camel, non ? Dans cette couleur, elle allait déchirer !! Restait encore à trouver le tissu parfait.

Le tissu :

Sur ce point, je ne suis pas entièrement satisfaite. Après plusieurs semaines, la chasse au tissu souple, pas trop épais et Camel n’a rien donné de très concluant. Ne pas avoir idée de la matière qu’on recherche ne rend pas forcément la quête plus simple, surtout quand on a envie d’une couleur précise. J’ai fini par trouver une suédine élastique étiquetée « Camel » chez Toto à Rouen. La couleur me convenait moyen et j’étais un peu sceptique quant à la matière : Électricité statique ? Fibres synthétiques et élastiques? Toucher daim ? Bof, bof. Pourtant, le tomber est plutôt bon. Je n’ai jamais porté, ni travaillé, de suédine mais à défaut d’autre chose, j’en ai acheté un morceau. Il est vrai que ces derniers temps, pas mal de vêtements de cette matière ont fleuri dans les boutiques ou sur Pinterest. Parfois le résultat n’est pas si mal, tout dépend du modèle. Je me suis donc résignée à tenter ma Lupin en suédine. Et là, deux jours après mon achat moyennement satisfaisant, je tombe sur un rouleau de suédine d’habillement « chamoisine » chez Mondial Tissus. Le tissu est fin, souple, la teinte me plait et elle coûte deux fois moins cher que la première. En revanche, elle n’est pas élastique et le toucher reste synthétique. Mêmes points négatifs donc, mais pour le prix, ça valait le coup de s’approcher de la bonne couleur. Vous l’avez donc bien compris, je me retrouve avec de la suédine élastique sur les bras sans savoir quoi en faire. Si quelqu’un est intéressé…

Pour la doublure, j’ai choisi une matière confortable et légère, à savoir un voile de coton à pois briques, marrons et dorés, reste de ma liquette Arabette (ici).

La réalisation :

Pour certain projet, j’aime que mon cheminement soit ponctué d’étapes techniques, ça rend la couture un peu plus ludique. Ça a été le cas avec Lupin. Le montage est intéressant, les détails et la coupe du vêtement sont modernes mais, bien que ce soit une veste doublée, ce n’est pas un projet difficile à réaliser.

Je suis partie à l’assaut de Lupin directement dans mon tissu en coupant la taille qui correspond à mes mensurations. Étant donné que ce n’est pas une veste fermée, il n’y a pas trop de risques au niveau taille et en général, je n’ai pas de problèmes chez Deer and Doe.

1 m 50 de suédine en 140cm ont suffit pour caser toutes les pièces du patron, hors doublure.

J’ai attaqué pour la deuxième fois l’épreuve des poches passepoilées, et encore une fois, la matière n’a pas été ma meilleure alliée. Par précautions, j’ai procédé comme pour Blanche en marquant toutes mes lignes à la craie et en faufilant avant de coudre. Ne vous affolez pas, les explications de cette étape sont bien détaillées, les schémas sont clairs, et on s’en sort très bien. C’est juste que cette matière ne se repasse pas hyper bien sur l’endroit, elle accroche au fer, c’est donc moins évident d’être précis. L’ouverture des coutures aussi est moins évidente, mais en glissant une chute de coton entre les deux surfaces, ça le fait.

J’ai choisi de mettre les pattes d’épaules. Elles finissent bien la veste et la rendent plus citadine (et ça permet de mettre de jolis boutons trouvés en brocante !). Les surpiqures aux diverses étapes du montage permettent que tout reste bien en place. Grâce à ces finitions, le vêtement final est très propre, à l’intérieur comme à l’extérieur

Et portée ?

Je suis ravie de ma veste-blouson ! C’est vraiment la couleur que je voulais, et même si la matière n’est pas mon idéale, je m’y suis habituée et elle ne me pose pas de problèmes. Elle est bien adaptée pour les pans des devants permettant un tomber souple et son épaisseur convient pour un vêtement de mi-saison « normale » (je m’abstiendrais de tous commentaires d’ordre météorologique).

J’aime beaucoup le style du blouson, facile à enfiler avant de sortir. Il tombe bien au niveau de la taille et ses poches en font un vêtement plutôt pratique. Par contre, je suis un peu plus partagée sur le rendu de devant, les pans ouverts me font parfois douter. Mais je la porte avec plaisir et je trouve qu’elle me modernise. C’est probablement la veste que j’ai le plus portée ce printemps, que se soit avec un pantalon ou sur mes robes Zéphyr ou Belladone. Elle me donne même furieusement envie de coudre une nouvelle Chardon pour mettre avec.

La couleur, elle, a fini par me jouer des tours. En cherchant à associer ma Lupin aux autres pensionnaires de mon armoire, je me suis rendue compte qu’elle ne tolérait pas toutes les extravagances. Le Camel a beau être à la mode et à mon gout, il se trouve qu’il est mieux mis en valeur dans des tenues sobres aux couleurs basiques comme le noir, le blanc, le gris ou le bleu jean ; et surtout unies. Pas de bariolage, de couleur flashy, de coupe originale et peu d’imprimés. Autant vous le dire, ma garde robe n’est pas très pourvue de ce genre de basiques. Pour y remédier, j’ai donc ajouté une petite cousette à ma pile de tee-shirts colorés (et ultra usés !) en retentant l’aventure du Plantain. Un Plantain BLANC !!! Le must have qui n’a quasiment jamais eu de place chez moi. Inutile de vanter le succès et l’efficacité de ce patron, sa renommée n’est plus à faire. Toutefois, mes expériences personnelles avec lui n’ont pas été fructueuses. La faute au combo « je n’assume pas ma taille » / « je fais un mauvais choix de matière » et vous vous retrouvez avec un haut infâme, un des rares que j’ai jeté. Les deux versions qui ont suivies sont mieux réussies mais serrées à la poitrine. A chaque fois la bande d’encolure m’a résisté et j’ai eu beaucoup de mal à avoir un résultat correct. Depuis j’ai appris à mieux choisir les matières, à maitriser les points élastiques et j’ai même reçu une surjeteuse, mais Plantain m’avait refroidit. Pour ce nouvel essai, j’ai coupé selon mes mensurations, dans un jersey de coton blanc, et l’ai assemblé à la surjeteuse. J’ai encore galéré sur la bande d’encolure, mais le résultat m’a un peu réconcilié avec Plantain et je n’exclue pas d’en tenter un nouveau. Je suis donc heureuse propriétaire d’un nouveau tee-shirt blanc ! Comme quoi, il suffit de pas grand-chose.

En résumé :

Patron : Veste Lupin – Deer and Doe. Disponible en patron pochette uniquement (14€) – marges de couture incluses.

Tissus :

  • 1m50 de suédine qualité habillement « chamoisine » (7.99€/m) – Mondial Tissus.
  • Chute de voile de coton à pois briques, marrons et dorés – Ellen à Troyes.

 Les plus :

  • Une coupe moderne, branchée, et avec des poches !
  • Satisfaction de réaliser des points techniques en étant bien guidé.
  • Se marie bien avec les robes et/ ou avec d’autres patrons D&D.

Les moins :

  • Doute sur les pans du devant.
  • Matière synthétique.
  • Compatibilité tee-shirt bariolé de la garde-robe.

 

Signature Mimie

Enregistrer

Publicités

2 réflexions au sujet de « * Lupin * … enfin ! »

  1. Ah ta veste Lupin, j’attendais de la voir ici !! 😉
    Elle te va très bien, et j’adore la couleur, tu as vraiment eu une super idée !
    Et associer à ta Zephyr bordeaux, c’est magnifique !! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s