Couture·République du Chiffon

Histoire de veste #2 – Michelle

DSCN0609

La petite histoire :

Comme je vous le disais dans mon article « histoire de veste », j’ai plusieurs idées pour des projets de veste en 2016. Aujourd’hui nous allons mettre à l’honneur Michelle, la veste de mi-saison de République du Chiffon. Elle est droite, entièrement doublée, possède un long col châle et de grandes poches plaquées pour un effet un peu masculin féminin.

Ce n’est pas un modèle qui m’a fait particulièrement flasher lorsque j’ai découvert la marque, mais sa popularité a fini par fortement aiguiser ma curiosité. A vrai dire, à l’époque, je ne me retrouvais pas vraiment dans les modèles proposés. Les patrons me paraissent plus adaptés à des morphologies droites et élancées. En fait, j’ai commencé à coudre du RDC pour les autres, d’abord Georgina puis Gladys, car elles correspondaient bien à mes « clientes » ;). Ce n’est qu’avec la collection printemps-été 2015 que j’ai testé une cousette pour moi : la chemise Juliette.

Depuis lors, je suis attirée mais hésitante à propos de la veste Michelle. Je la trouve terriblement moderne, mais je ne sais pas si je la porterais. C’est une fois en ma possession, que j’ai pris conscience qu’il s’agissait vraiment d’une veste de mi-saison, faite pour des tissus plutôt légers. Et c’est ça qui fait, pour moi, tout le charme de Michelle : elle en jette vraiment dans des tissus bariolés, à motifs géométriques ou colorés.

Mais, esprit de contradiction oblige, moi, j’ai toujours bavé devant les jolies vestes de tailleur féminine avec un col en simili cuir. C’est chic, sobre, et j’adore le mélange de matières, pour le coté « rock ». Et là, dans mon esprit, Michelle avait le potentiel pour devenir ce genre de veste… pas du tout colorée, ni « mi-saison » donc (hum hum !).

Le tissu :

Un tweed bleu nuit avec des fils en lurex brillants. Je trouvais la matière vraiment belle, mais le tweed… gloup’s ! Grosse hésitation. Ca peut vite faire très Madame. C’est une matière pour laquelle j’ai du mal à être inspirée. Toutefois, je me suis laissé tenter en me disant que la coupe, le coté brillant et le col en skaï décaleraient un peu l’ensemble. Après, il ne faut pas se leurrer, le tweed ça bouge et ça s’effiloche !! La folie des fils à la couture !!

J’ai utilisé pour la première fois une doublure polyester mate, pour que ma veste fasse « comme une vraie » (et surtout parce que je n’avais rien du tout qui aille en stock au niveau couleur et métrage). Je l’ai choisie bleue marine, pas de gros risque 😉 Et pour le col, j’ai pris un skaï élastique, souple et lisse, acheté il y a longtemps chez Geka Tissus à Aix les bains.

DSCN0610

La réalisation

Et Géraldine créa… Le pas à pas !! Une aide précieuse, que dis-je : indispensable ! Honnêtement, je ne me suis pas servi du livret. J’ai suivi le pas à pas à la lettre. A chaque étape, des photos illustrent bien ce qu’il faut faire, avec force de détails (dégarnir les angles, repasser les coutures…).

Vu le tissu utilisé, quelques contretemps m’ont ralenti. D’abord, j’ai dû surjeter pas mal de pièces pour limiter l’effilochage intempestif. Ensuite, le tweed bouge et se repasse bien moins facilement qu’une cotonnade. Pas évident de marquer les plis. Le passage plutôt technique du montage de la parmenture et du col, qu’il faut faire en une fois en laissant l’aiguille plantée, m’a donné un peu de fil à retordre. J’ai eu un peu de mal à comprendre, même si tout est super bien montré en photo. Mon montage n’est pas très symétrique mais ça n’a pas grande influence sur le rendu du vêtement.

DSCN0615

Au final, j’ai appris tellement de choses ! Déjà qu’il y avait un pli d’aisance au dos des vestes, (ben oui, moi qui n’en ai pas, je ne pouvais pas savoir !). J’ai fait une veste doublée !! Entièrement !! Pour ma première expérience (ici) il n’y avait pas beaucoup d’explications et j’ai un peu galéré surtout au niveau des ourlets. Là, tout est nickel et bien expliqué : comment glacer, soutenir, faire tenir la doublure,… Pour que rien ne bouge : au top !

Du coup, j’ai enregistré ce pas à pas et je m’en suis déjà resservi pour une autre veste !

Et portée ?

Et bien moi qui n’était pas sure de la mettre, je l’ai déjà portée plusieurs fois ! C’est agréable d’avoir un vêtement bien fini, doublée, d’où rien ne dépasse. Je trouve par contre, que les épaules sont un peu tombantes. J’ai cru que ma veste était trop grande, mais en même temps, c’est bien au niveau de la carrure. Ça doit se porter comme ça 😉

Je ne porte pas ma Michelle fermée, donc ici, pas de problème de poitrine. La raison principale étant que la veste est longue et un peu trop juste au niveau des hanches. La coupe étant bien droite, elle n’est pas des plus adaptée pour les « hanches développées ». Et puis, je l’aime mieux ouverte, les mains dans ces grandes poches.

DSCN0511

Ma version d’hiver peut facilement être portée sous un manteau. Je m’imagine bien la porter pour aller en réunion comme pour une sortie au restaurant. Elle a de l’effet sur un jean brut avec un haut clair en dessous, pour bien faire ressortir le bi-matière et le léger brillant du tissu.

DSCN0608

Maintenant, je pense que Michelle doit vraiment avoir sa version en veste de mi-saison, celle qu’on porte les manches relevées, et qu’on ôte quand les températures augmentent. Il va donc nécessairement falloir récidiver l’expérience dans un tissu plus léger, qu’il reste juste à trouver. Pourquoi pas dans des tons plus clairs, rosés, ou avec un tissu un peu plus graphique ? J’ai dans mon stock un lin laqué, qu’en pensez-vous ? Serait-ce portable au quotidien selon vous ?

En Résumé

Patron : Veste Michelle – République du Chiffon. Disponible en pochette uniquement (15€) – Marges de couture non incluses.

Tissu :

  • 1m90 de Tweed bleu nuit et lurex (24.99€ soldé -70%) – Mondial Tissus (reste une belle chute).
  • 1m50 de doublure polyester bleue marine (4€99/m) – Mondial Tissus.
  • Une hauteur de col de skaï élastique noir (13€95/m) – Geka Tissus.

Les plus :

  • Un pas à pas super détaillé
  • Des finitions propres et bien expliquées.
  • Une coupe moderne dans un style masculin féminin.
  • Des grandes poches.

Les moins :

  • Des épaules un peu tombantes.
  • Une veste plus adaptées aux tissus de mi-saison.

Signature Mimie

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Histoire de veste #2 – Michelle »

  1. j’adore ce bi-matière!
    perso je n’ai jamais doublé de veste ou de manteau: il faut vraiment que je me lance mais avec un super tuto d’aide…..

    J'aime

  2. Ah ben oui, il est là ton blog 🙂 (dit la très vieille blogueuse :-))
    Ca fait un an que j’ai les mêmes hésitations que toi à propos de Michelle… j’aime beaucoup le col, la longueur… Mais il me manque un tout petit peu de cintrage pour avoir le gros coup de coeur… (je suis totalement en X). Néanmoins, ta version me tente… très bonne idée le col! Est ce qu’on peut légèrement hacker le patron pour cintrer un tout petit peu ?…

    J'aime

    1. Coucou Fanny ! perso, je ne tenterai pas un cintrage sur cette veste… mais surtout parce que je ne saurais pas vraiment comment m’y prendre ! Je pense vraiment qu’elle se porte large et ouverte. Mais si tu tentes un hack, je veux bien ta méthode 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s